• Potosi et les mines

    Du haut de ses 4000m d'altitude, Potosi est la plus haute ville du monde.

    Est-ce véridique? Une chose est sûre, monter depuis la gare routière jusqu'au centre-ville avec nos sacs à dos nous essoufle particulièrement. C'est d'ailleurs d'autant plus difficile lorsqu'on se reçoit en pleine tête un bon coup de pot d'échappement!

    Nous découvrons une ville très jolie et pleine de vie.

     

    Potosi et les mines

    Potosi et les mines

    La ville doit son essor à sa mine d'argent, le cerro rico, qui est aujoud'hui une attraction touristique. La mine étant encore en activité, nous hésitions à y aller par peur d'un certain voyeurisme, surtout que les conditions de travail sont rudes. En se promenant dans la rue, nous recontrons un ancien mineur qui avec d'autres collègues ont ouvert une agence indépendante pour visiter les mines. Après avoir discuté un moment sur la vie des mineurs, nous décidons d'y aller surtout que nous aurons la chance d'assister à la fête cérémoniale d'offrandes à Pachamama. Cet évènement n'a lieu seulement quatre fois par an. Par ce rituel, les mineurs demandent protection à Pachamama (Terre Mère).

     

    La journée commence au marché où nous achetons coca et dynamite pour offrir aux mineurs. Aujourd'hui, chaque coopérative de mineurs achète des lamas pour le sacrifice car c'est un animal sacré à leur yeux. Puis nous allons enfiler notre équipement avant de se rendre dans une usine qui sépare l'argent des autres mineraux.

     

    Potosi et les mines

    Potosi et les mines

     

    Potosi et les mines

     

    Et voici le Cerro Rico vu de l'extérieur,

    Potosi et les mines

    Puis de l'intérieur,

    Potosi et les mines

     

    Potosi et les mines

    Potosi et les mines

     

    A travers les 2 km parcourus dans la mine, nous endurons les conditions de travail des mineurs, à savoir chaleur, obscurité, poussière et manque d'oxygène...

    Potosi et les mines

    Nous sommes contents de retrouver la vie extérieure et de découvrir leur fête.

     

    Potosi et les mines

    Les 2 lamas achetés par la coopérative qui nous acceuille sont placés à l'entrée de la mine pour y être sacrifié. Leur sang, sacré, est récupéré par les mineurs et jeté sur le matériel, leurs cabanes, l'entrée de la mine et sur leurs joues. 

    Potosi et les mines

    Potosi et les mines

    Protégée par le sang sacré!

    Potosi et les mines

    Les lamas sont ensuite dépiautés et les hommes coupent grossièrement la viande. Les femmes des mineurs sont chargées de couper la viande en plus petits morceaux afin de la cuire a la parilla (barbecue).

    Potosi et les mines

    Potosi et les mines

    Les boyaux et les têtes sont enterrés à l'entrée de la mine. Nous irons danser dessus afin de tasser la terre en fin de journée.

    Les peaux sont le gros lot du jour. Une tombola entre les mineurs permet à 2 d'entre-eux de repartir avec. C'est un honneur d'en recevoir une, et ça tient chaud l'hiver!

    Voici les 2 grands gagnants du jour!

    Potosi et les mines

     

    L'après-midi se passe dans la bonne humeur. Pendant que la viande et les pommes de terre cuisent, nous machons de la coca et buvons bière et de l'"alcool potable". Ce dernier est un alcool à 96 degrés et les mineurs l'utilise entre autre en offrande au Tio (le diable de la mine) pour demander protection.

    Les langues se delient des 2 côtés. Nous les questionnons sur leur travail, leur vie et ils font de même. Nous leur expliquons que nous sommes un peu gênés de venir les voir, mais Andreas, le président de la coopérative, nous répond qu'il est fier que l'on s'interresse à eux, à leur métier. 

    Potosi et les mines

     

    A TABLE!!

    Potosi et les mines

    Potosi et les mines

    Potosi et les mines

    La viande est délicieuse, et encore plus avec les mains!

     Nous avons découvert des hommes courageux, interressants et fiers de leur travail et nous garderons un très bon souvenir de cette journée pensant que nous avons bien fait d'y participer.


    Potosi et les mines

    Maintenant, nous savons d'où vient l'expression "se mettre une mine"!


     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Sylvain B
    Vendredi 22 Juin 2012 à 11:59

    Super le loulous!!! Sympa la petit phrase de fin... Vive la mine

     

    des bisous

    2
    audega
    Vendredi 22 Juin 2012 à 19:54

    coucou! on a eut une surprise aujourd'hui au courrier!merci de la part d'Oscar qui va être trop beau dans son petit pull cet hiver! c'est trop joli et la carte postale n'en parlons pas. Je vais tout de suite la mettre avec celle du sanglier de Corse! je pense d'ailleurs entamer une nouvelle collection des cartes postales les plus improbables autour du monde! Sérieusement je sais où t'as dégauté celle-là Charlotte mais je pense qu'ils vont avoir du mal à écouler le stock!!! merci encore et bravo pour avoir découvert l'origine de l'expression "se mettre un mine", c'est vrai que vos yeux vous trahissent un peu!!! rude journée!! bises à tous les 2! bonne suite

     

    3
    pascal hernandez
    Mercredi 4 Juillet 2012 à 00:54

    Ah! enfin un reportage  qui allie  les lieux les gens les us et vous.

    Merci,

    Pascal,

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :