• Siphandone

    Si = 4

    Phan = 1000

    Done = îles

    Voilà, vous parlez lao!

     

    Juste avant la frontière cambodgienne, le Mekong se divise en une multitude de bras d'où surgissent de nombreuses petites îles (4000?), dont Don Det et Don khône que nous choisissons pour nous arrêter.

    C'est très beau mais les guesthouses poussent comme des champignons et avant d'y aller, nous étions un peu septiques. Certaines personnes nous ont décrit l'endroit comme tranquille et agréable et d'autres comme carrément "l'enfer sur terre", où les jeunes étrangers viennent faire la fête, boire et faire de la bouée ; une sorte de nouveau Vang Vieng...(délocalisée après la mort de nombreux touristes noyés dans la rivière car trop saoûls).

     

    Une petite barque nous emmène donc jusqu'à Don Det et mieux vaut ne pas faire de gestes brusques, sinon on chavire! A l'arrivée, on accoste sur une mini-plage entre les bars et les gens qui bronzent en maillots de bain...

    Au Laos, comme partout en Asie du Sud-Est, il est très mal vu et déplacé de se promener en petite tenue, décolleté, torse-nu... Du coup, on se demande où on est tombé.

    Nous partons directement à la recherche d'un bungalow pour notre séjour et après 500m de marche, nous quittons les bars et commençons à découvrir une île plus tranquille avec une vie locale.

    Siphandone

    Siphandone

    Siphandone

    Siphandone

    Siphandone

    Siphandone

    Notre cabane

    Siphandone

    Siphandone

     

    A peine arrivés, nous partons faire le tour de l'île. Il fait très chaud et encore plus en début d'après-midi! C'est la saison sèche et le paysage s'en ressent, malgré la proximité du Mékong.

    Siphandone

    Siphandone

    La rencontre de 2 cultures sur le Mekong...

     

    Le lendemain, nous louons des vélos et partons pour Don Khône, l'île voisine. Les deux îles sont reliées par un pont construit pendant la colonisation. Il servait à faire passer un train d'une île à l'autre car le Mekong n'était pas navigable à cet endroit. En effet, les nombreux petits ilôts représentaient des obstacles. Les personnes et les marchandises débarquaient au nord de Don Det pour réembarquer au sud de Don Khône et vice-versa.

    Siphandone

     

    Nous allons voir les chutes d'eau de Li Phi et partons ensuite autour de l'île jusqu'à d'autres cascades pour nous baigner.

    Siphandone

    Siphandone

    Siphandone

    Siphandone

     

    Mais nous n'irons pas plus loin car le vélo de Jonathan collectionne les soucis: d'abord, plus de freins arrière, puis il pédale dans le vide et pour finir, le pneu arrière crève.

    C'est dommage car l'île de Khône paraît moins envahie et conserve une vie lao bien plus active que sur Det. On aurait bien pédaler plus ici, mais il faut ramener le vélo à l'opposé de Don Det à pied, en le poussant.

     

    Siphandone

    Siphandone

    Même pas peur, on se baigne dans le Mekong!

     

    Finalement, nous n'avons pas rencontré "l'enfer sur terre" mais plutôt une douceur de vivre. En s'éloignant un peu, l'île devient plus calme et sauvage et ce n'est quand même pas Ibiza.

    Après 3 jours là-bas, on serait bien resté un peu plus mais il est temps de se rendre au Cambodge pour retrouver quelques visages familiers.

     

    Siphandone


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :